www.industrie-afrique-du-nord.com
MEDIAWORLD

La voiture électrique freine la croissance du secteur de la machine-outil

Au salon EMO 2019, point de rencontre international du secteur de la machine-outil, l’accent a été mis sur les innovations et les nouveaux développements. Un autre sujet a cependant également été abordé : la tendance à l’électromobilité. Car l’industrie automobile est un marché captif, et les véhicules 100% électriques comportent beaucoup moins de composants dans leur chaîne de traction : autrement dit, le secteur de l’usinage verra sa part de marché chuter en conséquence. Selon le cabinet de conseil en management Porsche Consulting, il faut s’attendre dans diverses branches industrielles à des pertes considérables qui fragiliseront également la croissance de l’ensemble du secteur de l’ingénierie mécanique à partir de 2030.

La voiture électrique freine la croissance du secteur de la machine-outil

Après une longue phase de démarrage, la propulsion électrique est une tendance désormais irréversible. Daimler prévoit qu’à l’horizon 2025, une Mercedes sur quatre sortant de chaîne sera à propulsion électrique. Porsche envisage également d’équiper environ 25% de ses véhicules d’un moteur électrique. Le Groupe Volkswagen projette 80 nouveaux véhicules électriques d’ici à 2025 et proposera ses quelque 300 modèles dotés d’une propulsion électrique à l’horizon 2030.


La voiture électrique freine la croissance du secteur de la machine-outil
Les fabricants de machines-outils sont confrontés au défi d’élaborer des stratégies de passage à l’électromobilité. Ces stratégies auront été débattues au salon EMO (à Hanovre du 16 au 21 septembre 2019).

Conséquence de ces développements : la part de marché des véhicules thermiques va diminuer. Selon certaines prévisions, ce processus commencera en 2030 au plus tard. En 2035, les ventes de véhicules 100 % électriques dépasseront pour la première fois celles des modèles à moteur thermique et en 2050, la part de marché des véhicules 100% électriques atteindra 67%.

Moins d’emplois dans le secteur de l’usinage
Cette situation aura des conséquences pour les sous-traitants de l’industrie automobile, comme le montre l’exemple de l’Allemagne. Fraunhofer IAO et IG Metall anticipent la disparition, d’ici à 2030, de 75 000 à 109 000 emplois chez les fournisseurs allemands, rien que dans la production de moteurs et boîtes de vitesses.
Les raisons en sont évidentes : un moteur électrique est très allégé par rapport à un moteur thermique. Les pièces complexes, et donc à usinage intense, comme le bloc-moteur, la culasse, le système d’injection, l’allumage, l’embrayage et l’échappement, deviennent superflues. La transmission est nettement plus simple ou, en fonction de l’architecture du système de propulsion, peut être éliminée. Différentes unités auxiliaires ne sont par ailleurs plus nécessaires.

Secteur de la machine-outil : fortement tributaire de l’industrie automobile
Comment la fabrication de ces pièces en plus petites quantités affectera-t-elle les fabricants de machines-outils en Allemagne ? Le cabinet de conseil en management Porsche Consulting s’est penché sur cette question et a fait le bilan des résultats dans une nouvelle étude intitulée « Auswirkungen der Elektrifizierung des Automobils auf den deutschen Maschinenbau » (Impact de l’électrification des véhicules sur le secteur allemand de la machine-outil) [Note 1].

Au total, 13,5% de l’ensemble des machines et systèmes actuellement produits en Allemagne sont destinés à des clients de l’industrie automobile (constructeurs et sous-traitants). Cette proportion est nettement plus élevée dans certains secteurs de l’ingénierie mécanique. C’est particulièrement vrai pour celui de la machine-outil. Tributaire de l’industrie automobile à hauteur de 48,4%, il sera par conséquent fortement impacté par le phénomène de l’électromobilité.

Complexité accrue due aux propulsions hybrides
Ces conséquences peuvent être exprimées en chiffres : la part d’usinage d’un moteur électrique n’est que de 28% comparativement à celle d’un moteur thermique. Donc, si 50% des véhicules produits (à quantités égales) sont 100% électriques, la capacité d’usinage des constructeurs automobiles diminuera de 6%, avec des répercussions à l’avenant sur la fabrication de machines-outils.

De tels scénarios doivent cependant tenir compte du fait que les moteurs hybrides verront initialement leur part de marché s’accroître à titre de technologie transitoire. Pour les propulsions hybrides, la part d’usinage est 10% supérieure à celle des moteurs à combustion car elles comportent à la fois des moteurs électriques et une boîte de vitesses à dérivation de puissance. Pour cette raison, le mix prévu entre véhicules hybrides et 100% électriques est un facteur clé qui détermine l’évolution future du secteur de la machine-outil.


La voiture électrique freine la croissance du secteur de la machine-outil
Dans les véhicules 100 % électriques, les principaux composants de la chaîne cinématique nécessitant une forte proportion d’usinage ont été éliminés.

Modèle de marché d’ici à 2030 : croissance annuelle de seulement 1,41%
Porsche Consulting a développé des modèles de prévisions pour respectivement 2030 et 2050. En 2030, les véhicules 100% électriques représenteront au maximum 16% du marché (ventes de véhicules neufs) et la part des hybrides passera à 29%. Signification pour les machinistes et les fabricants de machines-outils : avec le mix véhicule présumé pour 2030, la proportion de machinistes représentera 91% de son volume actuel.

D’ici à 2050: forte baisse prévue de la part de l’usinage
En tout état de cause, l’étude prévoit une baisse importante en volume du marché de l’ingénierie mécanique à partir de 2030. D’ici là, la part d’usinage dans l’industrie automobile aura chuté à 55% de son niveau actuel. Compte tenu de la dépendance de près de 50% du secteur de la machine-outil mentionnée précédemment, cela représente un risque de valeur ajoutée de 22%. En d’autres termes, les fabricants de machines-outils devront générer en 2050 plus d’un cinquième de leur valeur ajoutée ailleurs s’ils veulent maintenir leur volume de production.

Recherche d’une stratégie visant à combler l’écart de valeur ajoutée
Chaque fabricant de machine doit par conséquent élaborer une stratégie pour combler cet écart de valeur ajoutée. Ici, l’étude identifie différentes options : une stratégie consiste à exploiter les nouvelles technologies de production de l’industrie automobile qui sont soit liées à l’électromobilité, soit indépendantes de celle-ci.

L’un des intérêts de cette stratégie, c’est que ce marché poursuit sa croissance malgré l’évolution des technologies de propulsion. D’ici à 2030, les ventes automobiles mondiales progresseront au rythme annuel de 5,7%, passant de 86 millions de véhicules aujourd’hui à plus de 116 millions, pour atteindre près de 170 millions à l’horizon 2050. Un repositionnement dans le même secteur cible offre par conséquent des opportunités de croissance considérables.

A défaut, les fabricants de machines-outils peuvent se concentrer davantage sur les technologies connexes dans les secteurs non automobiles, comme par exemple l’industrie générale ou l’aéronautique. Il y a là aussi des applications offrant un potentiel de croissance. Un exemple : plus de 100 entreprises (dont Airbus, Audi, Boeing et différentes start-ups allemandes) travaillent actuellement à l’élaboration de drones habités qui seront à l’avenir des taxis aériens [Note 2].


La voiture électrique freine la croissance du secteur de la machine-outil

Scénarios comme méthode d’élaboration de stratégies
Les conséquences à tirer de ces chiffres et prévisions pour les fabricants de machines-outils doivent être décidées au cas par cas, au niveau de chaque entreprise. D’après Porsche Consulting, une méthode efficace consiste à élaborer et tester différents scénarios reposant sur une évaluation de la situation actuelle. Le cadre de développement de cette stratégie, c’est une vaste base de données. Elle donne une image complète des évolutions en ingénierie mécanique sous l’effet des mutations technologiques dans l’industrie automobile et des nouveaux types de mobilité. Les scénarios servent à leur tour de base aux fabricants de machines-outils pour prendre dès à présent les bonnes décisions stratégiques quant à leur orientation future.


La voiture électrique freine la croissance du secteur de la machine-outil
Les fabricants de machines-outils ont le choix entre différentes stratégies pour compenser la baisse de la demande du marché provoquée par l’électromobilité.
 

Même si de fortes baisses des ventes ne sont pas attendues avant 2030, les fabricants de machines-outils ont certainement intérêt à engager la mutation maintenant, soit vis-à-vis de l’électromobilité, soit dans le développement de nouveaux marchés cibles. Après tout, les zones à forte croissance des technologies d’électromobilité sont d’ores et déjà clairement identifiées. C’est là, pour ces fabricants, que réside la possibilité d’établir dès le départ une présence dans ces secteurs en disposant de la bonne technologie d’usinage, puis de se développer avec le marché.


La voiture électrique freine la croissance du secteur de la machine-outil
••• Auteur : Andreas BAIER, Associé chez Porsche Consulting GmbH


Notes
Note 1
L’étude « Auswirkungen der Elektrifizierung des Automobils auf den deutschen Maschinenbau » (Impact de l’électrification des véhicules sur le secteur allemand de la machine-outil) peut être téléchargée gratuitement sur la page d’accueil du site de Porsche Consulting : https://www.porsche-consulting.com/ de/medien/studien/
Note 2
Porsche Consulting a également préparé une étude actualisée sur ce sujet, intitulée : « L’avenir de la mobilité verticale ». Cette étude est téléchargeable à l’adresse : https://www.porsche- consulting.com/de/medien/studien/the-future-of-vertical- mobility/

 

  Demander plus d’information…

LinkedIn
Pinterest

Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)